« Récits audiovisuels du XIXe siècle (1789-1914) » Septembre 2024 – L’atelier du centre d’histoire du XIXe siècle

« Récits audiovisuels du XIXe siècle (1789-1914) »
11 Septembre 2024
 
L’atelier du centre d’histoire du XIXe siècle – saison 4
Laurent Bihl, Sébastien Denis, Sébastien Le Pajolec


Dans la continuité des trois précédents ateliers du centre du XIXe siècle, « Écrire le XIXe siècle par l’image » (décembre 2016), « Genre et jeux d’échelles, du local au transnational » (juin 2019), « D’autres ordres possibles ? » (Février 2023), nous proposons un nouvel épisode de ce moment important dans la vie de notre laboratoire.

Sous forme documentaire ou fictionnelle, issus de scénarios originaux ou d’adaptations littéraires, les récits audiovisuels reconfigurent un long XIXe siècle en fonction de multiples héritages, contraintes (techniques comme économiques) et intentions. Ils reconstruisent des passés, et non pas le passé, par des mots, des images et des sons. Ils élaborent un XIXe siècle spécifique par des découpages scénaristiques et des costumes, des mouvements de caméra et des décors, des jeux d’acteur et des choix de montage. Ils déploient leurs écritures sur des supports différents, le cinéma comme la télévision, et dans des formats hétérogènes, longs métrages et téléfilms ou séries et feuilletons. Ils privilégient des périodes, des auteurs, des événements, des figures, des stéréotypes, des espaces géographique et sociaux au détriment d’autres, délaissés. Mais, à rebours du poids des imaginaires dominants, il arrive que ces représentations s’attachent à des protagonistes plus négligés, à des temporalités moins médiatisées. Elles peuvent également idéaliser des périodes à la fois perçues comme familières et souvent mal connues, dont l’édulcoration de certaines violences ou réalités sociales laisse croire en une sorte d’âge d’or, dépourvu de toute historicité.

Les approches des créateurs audiovisuels s’avèrent particulièrement hétérogènes, en s’inscrivant dans des démarches dans lesquelles les rapports à l’histoire peuvent aller de la méticulosité de la reconstitution à l’anachronisme revendiqué. Bien sûr, ces productions témoignent en premier lieu de l’époque lors de laquelle elles ont été conçues, à travers les singularités de leurs modes de production et les enjeux sociaux et culturels qu’elles véhiculent. Elles puisent dans une somme iconographique préexistante qu’elles contribuent à pérenniser en les recyclant, en parallèle de la littérature enfantine ou de l’esthétique théâtrale. Elles contribuent dès lors à façonner nos imaginaires sociaux et sont parfois l’occasion de vifs débats dans la communauté historienne en raison de leurs erreurs ou de leur instrumentalisation. Pourtant, les publics, étudiants ou non, auxquels s’adressent les historiens dans les différents contextes de leur métier, sont nourris de ces images qui recomposent un autre XIXe siècle, qu’on en déplore l’existence ou que l’on s’en délecte.

C’est dans cette perspective que nous invitons l’ensemble des générations du Centre, des étudiant(e)s en Master 2 aux professeurs émérites, au-delà des axes de recherche dans lesquels ils s’inscrivent, à nous proposer une communication. Chacun(e) pourra s’intéresser à une séquence, un film, une série, un documentaire ou un feuilleton en lien avec ses objets de recherche (français, étrangers ou transationaux), en s’interrogeant sur le regard que les historiens du XIXe siècle peuvent porter sur ces récits audiovisuels. Comment les considérer ? Quels discours tenir à leur encontre ? Avec quelles méthodes peut-on les aborder ? Quelle place leur accorder, dans des recherches comme dans des enseignements ? Quelles relations peut-on instaurer entre ces réalisations et les sources produites au XIXe siècle, qu’il s’agisse d’imprimés ou d’images ? On pourra également questionner la place de l’expertise historique dans la fabrication et la médiation de ce XIXe siècle en images animées. L’historien spectateur et téléspectateur peut en effet aussi devenir « acteur » de ces récits audiovisuels, lorsqu’il est sollicité pour présenter un film ou en débattre, pour participer à un documentaire ou tenir le rôle de conseiller historique d’une réalisation cinématographique ou d’un programme télévisuel.

Les propositions, d’une longueur maximale d’une page, sont à envoyer avant le 15 mai 2024 à Sophie.Lhermitte@univ-paris1.fr et Sebastien.Le-Pajolec@univ-paris1.fr



Citer ce billet
Benjamin Caraco (2024, 27 avril). « Récits audiovisuels du XIXe siècle (1789-1914) » Septembre 2024 – L’atelier du centre d’histoire du XIXe siècle. Association pour le Développement de l’Histoire Culturelle. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://adhc.hypotheses.org/871

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.