Archives de catégorie : Appel à contribution

RHC – Appel à communications – “Une histoire culturelle des bibliothèques dans le monde” (dossier du numéro 11)

Revue d’histoire culturelle  (XVIIIe-XXIe siècles)

Numéro 11   

Appel à communications

Une histoire culturelle des bibliothèques dans le monde

L’étude des bibliothèques s’inscrit dans l’histoire culturelle au croisement de l’histoire sociale, des savoirs, des imaginaires, des politiques et des pratiques culturelles. Leurs formes, les projets qui les sous-tendent, leurs usages et leurs représentations ont évolué en même temps que les sociétés qui les ont financées, construites et fait vivre. Elles ont été conçues, successivement ou en même temps, comme des outils d’émancipation intellectuelle, de construction d’une identité collective, réelle ou imaginée, ou d’intégration sociale. Elles ont aussi pu faire l’objet d’antagonismes notamment liés à des cultures professionnelles opposées ou concurrentes, ou être victimes de censure. Elles ont été contestées et transformées au fur et à mesure qu’évoluaient les représentations dominantes et les rapports de pouvoir. Ainsi, aux collections des Lumières ont succédé les bibliothèques « nationales » du dix-neuvième siècle européen, puis les grands projets philanthropiques américains, avant que ne prennent le relais les réalisations de l’éducation populaire, le développement de la lecture publique, les médiathèques de la fin du vingtième siècle, les bibliothèques numériques contemporaines et les « tiers lieux » du début du XXIe siècle.

Ce numéro de la Revue d’histoire culturelle XVIIIe-XXIe siècles consacré à « l’histoire culturelle des bibliothèques dans le monde » envisagera cette histoire à partir de trois points de vue : la place de la bibliothèque dans la fiction et les arts ; la bibliothèque comme projet – ou contre-projet – collectif ; la bibliothèque comme pratique sociale.

1° Raconter, dessiner, bâtir les bibliothèques

  • Récits de vie, fictions : écrire la vie à la bibliothèque
  • Cinéma et arts graphiques : donner à voir la bibliothèque
  • Dystopies, uchronies : d’autres bibliothèques
  • Les bibliothèques comme métaphores
  • Bâtir la bibliothèque : dessins et projets d’architectes

2° Bibliothèques, idéologies et projets culturels

  • Ouvrir les collections à de nouveaux usagers : le projet des Lumières
  • Les bibliothèques « nationales » : collections et identités imaginées (XIXe-XXe siècle)
  • Bibliothèque et philanthropie : le modèle américain et sa diffusion (XIXe-XXe siècle)
  • Fragilité des bibliothèques : destructions, épurations, abandons (XXe-XXIe siècle)
  • Bibliothèques et anthropocène : les contestations féministes et post-coloniales (XXe-XXIe siècle)

3° Les bibliothèques comme pratiques sociales

  • Le métier de bibliothécaire (XVIIIe-XXIe siècle)
  • Classification, catalogages, bases de données : des enjeux de pouvoir ?
  • Naissance, triomphe (et disparition ?) de la médiathèque
  • Les publics, réels et imaginés, des bibliothèques : enfants, érudits et SDF ou ceux qu’on n’attendait pas
  • Usages et mésusages du lieu : le règlement et ses avatars

Bibliographie

Alibert Florence, « La bibliothèque comme reflet du monde globalisé : mythes et réalités des Alexandrie contemporaines », La Gazette des archives, 2020, vol. 259, no 3, p. 13-21

Barbier Frédéric, Histoire des bibliothèques. D’Alexandrie aux bibliothèques numériques, Malakoff, Armand Colin, 2021.

Barbier, Frédéric, http://histoire-du-livre.blogspot.com/ [en ligne]

Bert Jean-François et Jérôme Lamy, Voir les savoirs. Lieux, objets et gestes de la science, Paris, Anamosa, 2021.

Bertrand Anne-Marie, Bibliothèque publique et Public Library. Essai de généalogie comparée, Villeurbanne, Presses de l’Enssib, 2010.

Chapron, Emmanuelle, « Ad utilità pubblica ». Politique des bibliothèques et pratiques du livre à Florence au XVIIIe siècle, Genève, Librairie Droz, 2009.

Darnton, Robert, Apologie du livre. Demain, aujourd’hui, hier, Paris, Gallimard, 2011.

Jacob, Christian (dir.), Lieux de savoir. Espaces et communautés, Paris, A. Michel, 2007.

Jacob, Christian (dir.), Lieux de savoir 2. Les mains de l’intellect, Paris, A. Michel, 2010

Lajeunesse, Marcel, Lecture publique et culture au Québec : XIXe et XXe siècles, Sainte-Foy (Québec), Presses de l’Université du Québec, 2004.

Lankes, R. David, Exigeons de meilleures bibliothèques: plaidoyer pour une bibliothéconomie nouvelle, traduit par Jean-Michel Lapointe, Montréal, Sens public, 2018.

Lerner, Frederick Andrew, The Story of Libraries: From the Invention of Writing to the Computer Age, New York, Continuum, 2009.

Vernet André et al., Histoire des bibliothèques françaises, Paris, Promodis - Éditions. du Cercle de la Librairie, 1988-1992, 4 vol.

Échéancier et modalités pratiques : 

  • Soumission d’un résumé (2 500 signes maximum) et d’une brève notice bio-bibliographique avant le 20 octobre 2024 aux quatre adresses suivantes : benjamin.caraco@gmail.com ; cjc.lavenir@hotmail.com ; elise-lehoux@orange.fr ; revuedeladhc@gmail.com.
  • Notification aux auteurs : 30 novembre 2024
  • Remise première version des articles (50 000 signes environ espaces compris maximum) : 28 février 2025 
  • Retour des expertises des articles : 30 avril 2025 
  • Remise version 2 par les auteurs : 31 mai 2025 
  • Publication du numéro 9 de la revue : 31 octobre 2025 

Pour en savoir plus sur la revue et consulter les instructions aux auteurs : https://journals.openedition.org/rhc/3059

Les articles peuvent être écrits en français ou en anglais.

***

Number 11  

Call for papers

A cultural history of libraries worldwide

The study of libraries is situated within cultural history at the intersection of social history, history of knowledge, the history of imaginaries, political history, and the history of cultural practices. Their forms, their projects, their uses, and their representations have evolved alongside the societies that have financed, built and supported them. They have been conceived, either successively or concurrently, as tools for intellectual emancipation, for the construction of a collective identity, real or imagined, or for social integration. They have also been the object of antagonisms, particularly related to opposing or competing professional cultures, or have been the victims of censorship. They have been contested and transformed as dominant representations and power relations have evolved. Thus, the collections of the Enlightenment were succeeded by the “national” libraries of nineteenth-century Europe, then the great American philanthropic projects, before the achievements of popular education, the development of public reading, the media libraries of the late twentieth century, contemporary digital libraries and the “third places” of the early twenty-first century took over.

This issue of the Revue d’histoire culturelle XVIIIe-XXIe siècles, devoted to “the cultural history of libraries worldwide”, will consider this history from three points of view: the place of the library in fiction and the arts; the library as a collective project – or counter-project; the library as a social practice.

1° Telling, drawing, building libraries

– Life stories and fiction: writing about life in the library

– Cinema and graphic arts: making the library visible

– Dystopias, uchronies: other libraries

– Libraries as metaphors

– Building the library: architectural drawings and projects

2° Libraries, ideologies and cultural projects

– Opening collections to new users: the Enlightenment project

– National libraries: collections and imagined identities (19th-20th centuries)

– Libraries and philanthropy: the American model and its spread (19th-20th centuries)

– Fragile libraries: destruction, purification, abandonment (20th-21st centuries)

– Libraries and the Anthropocene: feminist and post-colonial challenges (20th-21st centuries)

3° Libraries as social practices

– The librarian profession (18th-21st centuries)

– Classification, cataloguing, databases: issues of power?

– Birth, triumph (and demise?) of the media library

– Real and imagined library audiences: children, scholars, the homeless and the unexpected

– Uses and misuses of space: rules and regulations and their avatars

Deadline and practical details:

– Submission of an abstract (maximum 2,500 characters) and a brief bio-bibliographical note by October 20, 2024 to the following four addresses: benjamin.caraco@gmail.com ; cjc.lavenir@hotmail.com ; elise-lehoux@orange.fr ; revuedeladhc@gmail.com.

– Notification to authors: November 30, 2024

– Submission of first drafts of articles (max. 50,000 characters including spaces): February 28, 2025

– Return of article reviews: April 30, 2025

– Submission of version 2 by authors: May 31, 2025

– Publication of issue 9 of the magazine: October 31, 2025

For more information on the journal and instructions for authors: https://journals.openedition.org/rhc/3059

Articles may be written in French or English.

Bibliography

Alibert Florence, « La bibliothèque comme reflet du monde globalisé : mythes et réalités des Alexandrie contemporaines », La Gazette des archives, 2020, vol. 259, no 3, p. 13-21

Barbier Frédéric, Histoire des bibliothèques. D’Alexandrie aux bibliothèques numériques, Malakoff, Armand Colin, 2021.

Barbier, Frédéric, http://histoire-du-livre.blogspot.com/ [online]

Bert Jean-François et Jérôme Lamy, Voir les savoirs. Lieux, objets et gestes de la science, Paris, Anamosa, 2021.

Bertrand Anne-Marie, Bibliothèque publique et Public Library. Essai de généalogie comparée, Villeurbanne, Presses de l’Enssib, 2010.

Chapron, Emmanuelle, « Ad utilità pubblica ». Politique des bibliothèques et pratiques du livre à Florence au XVIIIe siècle, Genève, Librairie Droz, 2009.

Darnton, Robert, Apologie du livre. Demain, aujourd’hui, hier, Paris, Gallimard, 2011.

Jacob, Christian (dir.), Lieux de savoir. Espaces et communautés, Paris, A. Michel, 2007.

Jacob, Christian (dir.), Lieux de savoir 2. Les mains de l’intellect, Paris, A. Michel, 2010

Lajeunesse, Marcel, Lecture publique et culture au Québec : XIXe et XXe siècles, Sainte-Foy (Québec), Presses de l’Université du Québec, 2004.

Lankes, R. David, Exigeons de meilleures bibliothèques. Plaidoyer pour une bibliothéconomie nouvelle, traduit par Jean-Michel Lapointe, Montréal, Sens public, 2018.

Lerner, Frederick Andrew, The Story of Libraries: From the Invention of Writing to the Computer Age, New York, Continuum, 2009.

Vernet André et al., Histoire des bibliothèques françaises, Paris, Promodis - Éditions du Cercle de la Librairie, 1988-1992, 4 vol.

Musique folklorique et imaginaires politiques dans l’Europe des années 1930

Université de Leeds, 25-26 octobre 2024

Appel à communications

En tant que pratique sociale et source d’émotions esthétiques, la musique constitue une porte d’entrée privilégiée pour saisir la recomposition des imaginaires politiques[1] et les remises en cause du modèle libéral dans les années 1930. Comment, la modernité acoustique, marquée par l’accélération et l’internationalisation des appropriations et des circulations musicales (avec notamment l’essor du disque et de la radio), se conjugue-t-elle avec le déploiement d’imaginaires politiques réactionnaires dominés par des paradigmes locaux (nationaux et régionaux) ? L’opposition entre régimes autoritaires et démocraties libérales se traduit-elle dans la manière dont ces régimes mobilisent les arts à des fins politiques ou diplomatiques ? Ces questions appellent à une approche doublement comparative : entre les différents genres musicaux (classique, chanson, opérette, jazz, folklore) et entre les différents pays européens.

Le programme de recherche « Musiques et imaginaires politiques dans l’Europe des années 1930 » vise à répondre à ces questions. Pour ce faire, il a donné lieu à deux premières manifestations scientifiques dont le but était de baliser un terrain de recherche : un atelier préparatoire organisé à la Bibliothèque Lagrange‑Fleuret (24‑25 mars 2023) et un colloque à Royaumont (23‑25 novembre 2023). Les autres événements organisés dans le cadre de ce programme de recherche seront consacrés à des thématiques particulières.

Le colloque qui se tiendra à l’université de Leeds portera sur les relations entre musiques folkloriques et imaginaires politiques dans l’Europe des années 1930. Pendant cette décennie, en effet, les travaux sur le folklore musical, engagés depuis la fin du XIXe siècle, prennent une dimension nouvelle, notamment en termes d’institutionnalisation, d’internationalisation et d’usages politiques. De plus, l’émergence de l’ethnologie musicale suscite des débats dans la définition du folklore et des réalités qu’il recouvre.

Seront privilégiées les communications qui aborderont ces relations à partir des thématiques suivantes :

  • les définitions de la musique folklorique dans les écrits théoriques ou méthodologiques (congrès internationaux, manuels de folklore, travaux de folklore ou d’ethnologie, presse, etc.)
  • les enjeux politiques de la mobilisation du folklore dans des expositions et manifestations locales, nationales ou internationales et des expositions. Exemples : pageants, Jeux Olympiques, Congrès International des Arts Populaires de Prague (1928), Congrès mondial des loisirs de Hambourg (1936), Congrès international de folklore (Paris, 1937)
  • le lien entre folklore musical, danse et costumes, notamment dans les manifestations publiques mentionnées ci-dessus
  • le rôle des institutions, des individus et des publications (livres, revues, partitions disques) dans le développement des études folkloriques consacrées à la musique
  • l’usage du folklore dans la musique classique européenne, dans le jazz et dans la chanson
  • l’usage du folklore dans l’enseignement

Informations pratiques:

  • Langue des communications: français, anglais, allemand.
  • Langue du support visuel (diaporama ou autre) : anglais.
  • Durée des communications : 20 minutes.
  • Soumission des propositions: formulaire (résumé de 250 mots + notice biographique).

Délai de soumission : 22 juillet 2024 à b.kelly1@leeds.ac.uk et martin.guerpin@univ-evry.fr

Comité d’organisation : Barbara Kelly (University of Leeds), Martin Guerpin (Université d’Évry), Philippe Gumplowicz (Université d’Évry), Anaïs Fléchet (Sciences Po Strasbourg).

Comité scientifique: Barbara Kelly (University of Leeds), Martin Guerpin (Université d’Évry), Philippe Gumplowicz (Université d’Évry), Anaïs Fléchet (Sciences Po Strasbourg), Michel Duchesneau (Université de Montréal), Federico Lazzaro (Université de Fribourg), Christopher Moore (Université d’Ottawa), Fritz Trümpi (Universität für Musik und darstellende Kunst Wien).

Bibliographie sélective

Boëll, Denis-Michel, Jacqueline Christophe, et Régis Meyran. Du Folklore à l’ethnologie. Les Editions de la MSH, 2014.

Cole, Ross. The Folk: Music, Modernity, and the Political Imagination. Berkeley, University of California Press, 2021.

Ducci, Annamaria. « Le musée d’art populaire contre le folklore. L’Institut International de Coopération Intellectuelle à l’époque du Congrès de Prague », Revue germanique internationale, no 21 (29 mai 2015): 133‑48.

Garberding, Petra. « “There are dangers to be faced”: Cooperation within the International Association of Folklore and Ethnology in 1930s Europe ». Journal of Folklore Research 49, no 1 (2012): 25‑71.

Garberding, Petra. « Wissenschaft und Politik in der Volkskunde/Europäischen Ethnologie während der NS-Zeit: Die Rolle Åke Campbells ». In Jahrbuch für Europäische Ethnologie, 31‑57. Brill Schöningh, 2023.

Georget, Jean-Louis. « Pour une autre histoire de la Volkskunde ». Revue de l’IFHA. Revue de l’Institut français d’histoire en Allemagne, no 1 (30 septembre 2009): 235‑53.

LaPasha, Robin. « Amateurs and enthusiasts: folk music and the Soviet state on stage in the 1930s ». In Soviet Music and Society under Lenin and Stalin, 139‑63. Routledge, 2004.

Rogan, Bjarne. « Folk Art and Politics In Inter-War Europe: An Early Debate on Applied Ethnology ». Folk Life 45, no 1 (1 janvier 2006): 7‑23.

Simeone, William E. « Fascists and Folklorists in Italy ». The Journal of American Folklore 91, no 359 (1978): 543‑57.

Velay-Vallantin, Catherine. « Le Congrès International de folklore de 1937 ». Annales 54, no 2 (1999): 481‑506.

Folk Music and the Political Imagination in Europe in the 1930s

University of Leeds, 25-26 octobre 2024

Call for papers

Comité scientifique/Programme Committee: Barbara Kelly (University of Leeds), Martin Guerpin (Université d’Évry), Philippe Gumplowitz (Université d’Évry), Fritz Trümpi (Universität für Musik und darstellende Kunst Wien) and Federico Lazzaro (Université de Fribourg)

As a social practice and a source of aesthetic emotion, music can be an ideal entry point for understanding the rethinking of the political imagination[2] and the challenges to the liberal model in the 1930s. How does acoustic modernity, marked by the acceleration and internationalisation of musical appropriation and circulation (with the rise of recording and radio in particular), combine with the deployment of reactionary political thinking, which was dominated by local (national and regional) paradigms? Is the opposition between authoritarian regimes and liberal democracies reflected in the way these regimes mobilise the arts for political or diplomatic ends? These questions call for a two‑fold comparative approach: between different musical genres (classical, chanson, operetta, jazz, folklore) and between different European countries.

The ‘Music and the Political Imagination in 1930s Europe’ programme aims to answer these questions. To this end, it has given rise to two initial scientific events, the aim of which was to prepare the ground for research: a preparatory workshop organised at the Bibliothèque Lagrange Fleuret (24 25 March 2023) and a symposium at Royaumont (23 25 November 2023). The other events organised as part of this research programme will be devoted to specific themes.

The colloquium to be held at the University of Leeds will focus on the relationship between folk music and the political imagination in Europe in the 1930s. During this decade, work on musical folklore, which had been underway since the end of the nineteenth century, took on a new dimension, particularly in terms of institutionalisation, internationalisation and political uses. In addition, the emergence of musical ethnology has given rise to debates on the definition of folklore and the realities it covers.

Priority will be givento papers that address these relationships through the following themes:

– definitions of folk music in theoretical or methodological writings (international congresses, folklore manuals, works on folklore or ethnology, the press, etc.)

– the political issues involved in mobilising folklore in local, national or international exhibitions and events. Examples include, pageants, Olympic Games, International Congress of Popular Arts in Prague (1928), World Congress of Leisure in Hamburg (1936), International Congress of Folklore (Paris, 1937)

– the link between musical folklore, dances and costumes (notably in the aforementioned events and exhibitions)

– the role of institutions, individuals and publications (books, magazines, record scores) in the development of folklore studies devoted to music

– the use of folklore in European classical music, jazz and song

– the use of folklore in teaching

Practical information:

  • Languages for paper presentations: French, English and German.
  • Language of audiovisual aids: English (Powerpoint etc.).
  • Length of papers: 20 minutes.
  • Submission of proposals: summary of 250 words plus short biography (c. 75 words).

Deadline for submissions :22 July 2024 to b.kelly1@leeds.ac.uk and martin.guerpin@univ-evry.fr

Colloquium organizers : Barbara Kelly (University of Leeds), Martin Guerpin (Université d’Évry), Philippe Gumplowicz (Université d’Évry), Anaïs Fléchet (Sciences Po Strasbourg).

Scientific committee: Barbara Kelly (University of Leeds), Martin Guerpin (Université d’Évry), Philippe Gumplowicz (Université d’Évry), Anaïs Fléchet (Sciences Po Strasbourg), Michel Duchesneau (Université de Montréal), Federico Lazzaro (Université de Fribourg), Christopher Moore (Université d’Ottawa), Fritz Trümpi (Universität für Musik und darstellende Kunst Wien).

Selected bibliography

Boëll, Denis-Michel, Jacqueline Christophe, et Régis Meyran. Du Folklore à l’ethnologie. Les Editions de la MSH, 2014.

Cole, Ross. The Folk: Music, Modernity, and the Political Imagination. Berkeley, University of California Press, 2021.

Ducci, Annamaria. « Le musée d’art populaire contre le folklore. L’Institut International de Coopération Intellectuelle à l’époque du Congrès de Prague », Revue germanique internationale, no 21 (29 mai 2015): 133‑48.

Garberding, Petra. « “There are dangers to be faced”: Cooperation within the International Association of Folklore and Ethnology in 1930s Europe ». Journal of Folklore Research 49, no 1 (2012): 25‑71.

Garberding, Petra. « Wissenschaft und Politik in der Volkskunde/Europäischen Ethnologie während der NS-Zeit: Die Rolle Åke Campbells ». In Jahrbuch für Europäische Ethnologie, 31‑57. Brill Schöningh, 2023.

Georget, Jean-Louis. « Pour une autre histoire de la Volkskunde ». Revue de l’IFHA. Revue de l’Institut français d’histoire en Allemagne, no 1 (30 septembre 2009): 235‑53.

LaPasha, Robin. « Amateurs and enthusiasts: folk music and the Soviet state on stage in the 1930s ». In Soviet Music and Society under Lenin and Stalin, 139‑63. Routledge, 2004.

Rogan, Bjarne. « Folk Art and Politics In Inter-War Europe: An Early Debate on Applied Ethnology ». Folk Life 45, no 1 (1 janvier 2006): 7‑23.

Simeone, William E. « Fascists and Folklorists in Italy ». The Journal of American Folklore 91, no 359 (1978): 543‑57.

Velay-Vallantin, Catherine. « Le Congrès International de folklore de 1937 ». Annales 54, no 2 (1999): 481‑506.


[1] Compris comme des ensembles de représentations et de mythes fondateurs qui structurent et conditionnent nos manières de penser le champ et les questions politiques.

[2] Understood as a set of representations and myths that frame our ways of thinking about the political field and political issues.

AAC – « Histoire transmédia : Circulations, reconfigurations et nouvelles méthodologies » – 27-28 janvier 2025, Université de Lausanne

Nous avons le plaisir de vous transmettre l’appel à contributions pour le colloque international organisé par le projet Impresso (impresso-project.ch) et la Section d’histoire de l’Université de Lausanne (unil.ch/hist), les 27 et 28 janvier 2025, sur la thématique « Histoire transmédia : Circulations, reconfigurations et nouvelles méthodologies/Transmedia History: Circulations, Reconfigurations and New Methodologies ». 

Plus d’informations et appel à contributions complet sur le site du colloque: https://impresso.github.io/transmedia/fr

L’objectif de cette manifestation scientifique étant de contribuer à la clarification et au développement de l’approche transmédia dans une perspective historique et de longue durée et, plus largement, à promouvoir une histoire décloisonnée des médias, nous encourageons les contributions de chercheuses et de chercheurs, juniors et seniors, qui souhaitent partager leurs approches empiriques et méthodologiques dans ce domaine.

Les propositions (350 mots max.) sont à soumettre avant le 15 juillet 2024 au moyen de la plateforme suivante : https://easychair.org/conferences/?conf=transmedia2025  

« Récits audiovisuels du XIXe siècle (1789-1914) » Septembre 2024 – L’atelier du centre d’histoire du XIXe siècle

« Récits audiovisuels du XIXe siècle (1789-1914) »
11 Septembre 2024
 
L’atelier du centre d’histoire du XIXe siècle – saison 4
Laurent Bihl, Sébastien Denis, Sébastien Le Pajolec


Dans la continuité des trois précédents ateliers du centre du XIXe siècle, « Écrire le XIXe siècle par l’image » (décembre 2016), « Genre et jeux d’échelles, du local au transnational » (juin 2019), « D’autres ordres possibles ? » (Février 2023), nous proposons un nouvel épisode de ce moment important dans la vie de notre laboratoire.

Sous forme documentaire ou fictionnelle, issus de scénarios originaux ou d’adaptations littéraires, les récits audiovisuels reconfigurent un long XIXe siècle en fonction de multiples héritages, contraintes (techniques comme économiques) et intentions. Ils reconstruisent des passés, et non pas le passé, par des mots, des images et des sons. Ils élaborent un XIXe siècle spécifique par des découpages scénaristiques et des costumes, des mouvements de caméra et des décors, des jeux d’acteur et des choix de montage. Ils déploient leurs écritures sur des supports différents, le cinéma comme la télévision, et dans des formats hétérogènes, longs métrages et téléfilms ou séries et feuilletons. Ils privilégient des périodes, des auteurs, des événements, des figures, des stéréotypes, des espaces géographique et sociaux au détriment d’autres, délaissés. Mais, à rebours du poids des imaginaires dominants, il arrive que ces représentations s’attachent à des protagonistes plus négligés, à des temporalités moins médiatisées. Elles peuvent également idéaliser des périodes à la fois perçues comme familières et souvent mal connues, dont l’édulcoration de certaines violences ou réalités sociales laisse croire en une sorte d’âge d’or, dépourvu de toute historicité.

Les approches des créateurs audiovisuels s’avèrent particulièrement hétérogènes, en s’inscrivant dans des démarches dans lesquelles les rapports à l’histoire peuvent aller de la méticulosité de la reconstitution à l’anachronisme revendiqué. Bien sûr, ces productions témoignent en premier lieu de l’époque lors de laquelle elles ont été conçues, à travers les singularités de leurs modes de production et les enjeux sociaux et culturels qu’elles véhiculent. Elles puisent dans une somme iconographique préexistante qu’elles contribuent à pérenniser en les recyclant, en parallèle de la littérature enfantine ou de l’esthétique théâtrale. Elles contribuent dès lors à façonner nos imaginaires sociaux et sont parfois l’occasion de vifs débats dans la communauté historienne en raison de leurs erreurs ou de leur instrumentalisation. Pourtant, les publics, étudiants ou non, auxquels s’adressent les historiens dans les différents contextes de leur métier, sont nourris de ces images qui recomposent un autre XIXe siècle, qu’on en déplore l’existence ou que l’on s’en délecte.

C’est dans cette perspective que nous invitons l’ensemble des générations du Centre, des étudiant(e)s en Master 2 aux professeurs émérites, au-delà des axes de recherche dans lesquels ils s’inscrivent, à nous proposer une communication. Chacun(e) pourra s’intéresser à une séquence, un film, une série, un documentaire ou un feuilleton en lien avec ses objets de recherche (français, étrangers ou transationaux), en s’interrogeant sur le regard que les historiens du XIXe siècle peuvent porter sur ces récits audiovisuels. Comment les considérer ? Quels discours tenir à leur encontre ? Avec quelles méthodes peut-on les aborder ? Quelle place leur accorder, dans des recherches comme dans des enseignements ? Quelles relations peut-on instaurer entre ces réalisations et les sources produites au XIXe siècle, qu’il s’agisse d’imprimés ou d’images ? On pourra également questionner la place de l’expertise historique dans la fabrication et la médiation de ce XIXe siècle en images animées. L’historien spectateur et téléspectateur peut en effet aussi devenir « acteur » de ces récits audiovisuels, lorsqu’il est sollicité pour présenter un film ou en débattre, pour participer à un documentaire ou tenir le rôle de conseiller historique d’une réalisation cinématographique ou d’un programme télévisuel.

Les propositions, d’une longueur maximale d’une page, sont à envoyer avant le 15 mai 2024 à Sophie.Lhermitte@univ-paris1.fr et Sebastien.Le-Pajolec@univ-paris1.fr

Patrimoines culturels immatériels. Entre circulations culturelles et tensions patrimoniales

Revue « Sociétés & représentations », n° 60

Argumentaire

Le patrimoine s’est historiquement construit en Europe dans une démarche d’affirmation des nations et des cultures nationales. Après le second conflit mondial, l’idée de patrimoine mondial, matériel, a nourri l’idée d’une universalité de la culture, présentée comme vecteur de dialogue entre les peuples et de paix entre les nations.

Cependant, dans les années 1970, l’élargissement de la notion de patrimoine en lien avec une anthropologisation de la notion de culture – issue de la modification des rapports de force post-coloniaux dans les organismes onusiens – a été suivie par l’institutionnalisation, à travers l’UNESCO, d’un nouveau champ patrimonial, le patrimoine culturel immatériel. Parallèlement à l’idée de l’universalité culturelle, celui-ci défend l’idée de la diversité culturelle, définie comme étant à l’humanité ce que la biodiversité est à la nature. Ainsi, la Convention de 2003 sur la Sauvegarde du patrimoine culturel immatériel constitue, avec la Convention de 2005 sur la Protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles, un dispositif destiné à protéger et à valoriser les pratiques culturelles menacées par les risques d’uniformisation des cultures, mais aussi à rendre visible des groupes et minorités effacés au sein de l’État-nation.

Dans un monde où les circulations et les contagions culturelles se sont vues favorisées par des mobilités jusqu’alors inégalées et par des technologies de communication qui mondialisent les références culturelles, le patrimoine culturel immatériel a ainsi promu l’hétérogénéité des cultures au sein même de ce qu’il désigne comme une communauté culturelle mondiale. Par là même, il a, dans le même temps favorisé et renforcé de nouvelles expressions de sens et de valeurs identitaires, ethniques et/ou nationalitaires, inscrites dans des pratiques sociales dites traditionnelles, communes et/ou populaires : la cuisine, le vêtement, la coiffure, le motif décoratif et la pratique artisanale, tout comme les célébrations, les festivals et les savoirs naturalistes sont ainsi devenus le lieu de dénonciations croissantes de différentes formes de spoliations de pratiques par des cultures étrangères à celles qui se représentent et se donnent à voir comme un berceau culturel originel.

Dans ce numéro, l’idée est de traiter la façon dont les représentations des identités qui transparaissent et s’énoncent à travers les patrimoines culturels immatériels, qu’ils soient ou non institutionnalisés, se construisent sur des discours, images et imageries de l’authenticité, de l’origine, des minorités, des rapports de domination, de l’assimilation et de l’appropriation culturelles. En dépit de toute la documentation produite par les historiens sur l’ampleur spatio-temporelle des circulations culturelles, les patrimoines immatériels tendent ainsi à devenir des nouveaux vecteurs de tensions émotionnelles qui s’inscrivent aussi dans des rapports géopolitiques (force, prestige, etc.) et géoéconomiques (exploitation économique, propriété intellectuelle, etc.). 2

Il ne s’agit donc pas ici de traiter les tensions existant autour de questions de propriété, de frontières ou de spoliations de biens culturels matériels (archéologie, musées, etc.) qui sont déjà bien documentées, mais d’analyser la façon dont les notions de patrimoine immatériel et de diversité culturelle, intrinsèquement liées selon la conception unesquienne, ont pu, exacerber les tensions autour de l’idée de communauté culturelle.

Coordination du numéro

Sociétés et Représentations n°60 – Septembre 2025

  • Julia Csergo (Université du Québec à Montréal, CA)
  • Jessica Roda (Georgetown University, Washington, EU)

Instructions et calendrier

Les propositions d’articles comprenant un résumé d’environ 250 à 300 mots (environ 1500 signes) ainsi qu’une rapide notice biographique sont à faire parvenir aux directrices du numéro :

  • Julia Csergo : julia.csergo@uqam.ca
  • Jessica Roda : jr1791@georgetown.edu

au plus tard le 15 mars 2024

  • Les articles proposés doivent avoir un caractère totalement inédit.
  • Les résultats de la sélection des propositions seront annoncés le 30 mars 2024 avec les recommandations éditoriales.
  • Les textes des articles d’une taille d’environ 7500 mots (ou environ 30.000 à 40.000 signes) incluant notes et bibliographie, seront à remettre pour le 30 novembre 2024. Vous pouvez rédiger votre article en français ou en anglais.
  • Les textes seront soumis à évaluation en double aveugle pour acceptation, corrections (mineures ou majeures) ou refus. Les retours d’évaluations se feront au plus tard le 31 janvier 2025.
  • La version définitive des textes avec l’ensemble du paratexte (figures avec cessions de droits iconographiques, légendes, résumés, bios et mots-clés) est à rendre au plus tard le 31 mars 2025.

Tourisme, Arts et Mémoire(s)Conférence internationale

Université de Lille (Roubaix, Faculté de Langages, Cultures et Sociétés)

Ce colloque international et interdisciplinaire, organisé par l’Université de Lille, en partenariat avec l’Université Littoral Côôte d’Opale et l’InREnT, vise à rassembler des chercheurs de toutes disciplines mais aussi des professionnels et des acteurs du secteur touristique : https://tam24.univ-littoral.fr/

Les collections éditoriales dans les bibliothèques d’entreprises, d’associations, d’institutions, les bibliothèques militantes et politiques : Productions sérielles, lectorats pluriels

Appel à contribution

20-21 mars 2025, Pôle Métiers du livre de Saint-Cloud, Université Paris Nanterre : https://www.idhes.cnrs.fr/appel-a-communications-les-collections-editoriales-dans-les-bibliotheques-dentreprises-dassociations-dinstitutions-les-bibliotheques-militantes-et-politiques/https://www.idhes.cnrs.fr/appel-a-communications-les-collections-editoriales-dans-les-bibliotheques-dentreprises-dassociations-dinstitutions-les-bibliotheques-militantes-et-politiques/

Appel à contribution pour le dossier thématique n° 9 de la Revue d’histoire culturelle : Le patrimoine colonial urbain, une histoire mémorielle (1945-2024)

Ce dossier propose d’approfondir la réflexion sur les relations que les sociétés entretiennent avec le patrimoine colonial urbain depuis le milieu du XXe siècle. Au terme d’un long processus, la notion de patrimoine a pu être définie au sein du monde occidental, comme un héritage commun reposant sur la réalité physique de ses objets et donnant lieu à expertise. À ce titre, il bénéficie d’une reconnaissance juridique légitimant sa sauvegarde, de la mise en œuvre d’actions publiques pour l’étudier, le conserver, le transmettre de générations en générations. Il peut conduire à des formes de reconnaissance sentimentale, à la mise en place de rituels spécifiques, voire à des mobilisations sociales. La notion n’a cessé de s’élargir depuis les années 1980 et sa grande fluidité complexifie l’approche. L’extension du champ patrimonial a également gagné le niveau international. Le patrimoine dans la définition de l’UNESCO peut être matériel, immatériel, naturel, culturel, mixte, et de très nombreuses études, pour partie issues de l’anthropologie, ont rendu compte de cette évolution. En outre, l’existence de mouvements de patrimonialisation ou, à l’inverse, de destructions, de changements de fonction ou d’abandon dans l’indifférence, tout comme les remises en question, voire les rejets, à l’égard de la notion même de patrimoine, modifient la manière d’appréhender les questions patrimoniales.

 

Or, un certain nombre d’éléments de l’espace public urbain (bâtiments, statuaire, fontaines, paysages, odonymie…), issus de la colonisation européenne, et ce sur plusieurs continents, sont au cœur de débats mémoriels parfois virulents (enjeux relatifs à la domination ou à la violence coloniales) et, ce faisant, d’interrogations, de controverses, sur ce qui est patrimonialisable ou ce qui doit être dépatrimonialisé. Destructions, déboulonnages de statues illustrent de façon spectaculaire ces tensions mémorielles aussi bien dans les nations issues de la décolonisation que dans les anciennes puissances impériales et appellent une analyse comparée dans le temps et dans l’espace.

 

En se centrant sur l’espace public urbain depuis 1945, moment où le processus planétaire de décolonisation s’enclenche, l’objectif de ce dossier d’histoire culturelle est de faire progresser une approche historienne mêlant des études sur les acteurs, les représentations et les pratiques patrimoniales avant et après les indépendances. Il vise à mettre en exergue des évolutions dans la perception de ce patrimoine, des moments de rejet, d’indifférence, d’oubli, d’instrumentalisation politique ou économique. L’accent sera mis sur le croisement entre les interrogations relatives aux mémoires des passés coloniaux et les questionnements sur ce qui est susceptible d’entrer ou non dans le cadre patrimonial, y compris sous un angle mémoriel conflictuel.

 

L’attention pourra plus particulièrement se porter sur :

1/ les processus de patrimonialisation ou, au contraire, de dépatrimonialisation avant et après les indépendances, à partir d’exemples pris sur tous les continents ;

2/ les acteurs de ces processus, leurs conditions et les objets sur lesquels ils portent (productions architecturales publiques ou privées, places, parcs et jardins, statuaire et odonymie) ;

3/ les débats liant les questions patrimoniales et mémorielles dans leurs dimensions coloniale et post-coloniale.

 

Direction scientifique : Françoise Taliano-des Garets, Didier Nativel

 

 

  

Quelques repères bibliographiques :

Hamady Bocoum et Bernard Toulier, « La fabrication du Patrimoine : l’exemple de Gorée (Sénégal). In Situ. Revue des patrimoines », février 2013, no 20.

 Chiara Bortoletto, « L’UNESCO comme arène de traduction. La fabrique globale du patrimoine immatériel », Gradhiva, 2013, 18 : 50-73.

 Daniel Fabre, Emotions patrimoniales, MSH, ministère de la Culture, Paris, 2013.

Emmanuel Fureix, « Déboulonnages et dévoilements : l’histoire en morceaux ? », Écrire l’histoire, 20-21 | 2021, mis en ligne le 01 septembre 2022.

 Alain Godonou, Christine Mengin, Jean-Pierre Duprat (dir.) Porto-Novo patrimoine et développement, PUS Ecole du patrimoine africain, 2015.

 Odile Goerg, Xavier Huetz de Lemps, La ville coloniale (XVe-XXe siècle), Histoire de l’Europe urbaine 5, Jean-Luc Pinol (dir.), Paris, Seuil, 2003.

 Charles Goldblum, « Réflexions à propos du patrimoine urbain en Asie du Sud-Est, sur le versant de l’« UNESCO-isation » », Moussons, 36 | 2020, 35-51.

 Maria Gravari-Barbas et Sylvie Guichard-Anguis (dir.), Regards croisés sur le patrimoine dans le monde à l’aube du XXIe siècle, Paris, Presses universitaires de Paris Sorbonne, 2003.

 Nabila Oulebsir, https://criham.labo.univ-poitiers.fr/membres/nabila-oulebsir/

 Marc PaboisBernard Toulier, Architecture coloniale et patrimoine, Paris, INP, 2007.

Dominique Poulot, Une histoire du patrimoine en Occident XVIIIe-XXIe siècle, du monument aux valeurs, Paris, PUF 2006.

 Pierre Singaravelou Colonisations. Notre histoire (dir.), éditions du Seuil, septembre 2023,

 Sébastien Verney, « Spécificités et ambiguïtés du patrimoine colonial. L’exemple franco-vietnamien (1858-2014) », Revue Ethnologies, Volume 39, numéro 1, 2017, p. 155–165, Géopolitique, conflits et patrimoine.

 Danièle Wozny, Barbara Cassin, Les intraduisibles du patrimoine en Afrique subsaharienne, Paris, Demopolis, 2016.

 

Voir aussi :

https://heritage-hybrid.sciencesconf.org/data/pages/Paris_1_Una_PhD_Workshop_Proceedings_3.pdf

https://criham.labo.univ-poitiers.fr/wp-content/uploads/sites/376/2022/02/2022_coll_Interactions_progr.pdf

https://www.grafiati.com/en/literature-selections/patrimoine-colonial/

 

Échéancier :

  • Notification aux auteurs : 15 janvier 2024
  • Remise première version des articles : 1er mai 2024
  • Retour des expertises des articles : 1er juin 2024
  • Remise version 2 par les auteurs : 1er juillet 2024
  • Remise des articles complets (50 000 signes environ espaces compris) : 31 juillet 2024
  • Publication du numéro 9 de la revue : 30 septembre 2024

 

 Call for contributions for thematic file n°9

Urban colonial heritage, a memorial history (1945-2024).

 

 

 

This file proposes to deepen the reflection on the relationships that societies have maintained with urban colonial heritage since the mid-20th century. At the end of a long process, the notion of heritage was defined in the Western world, as a common heritage based on the physical reality of its objects and giving rise to expertise. As such, it benefits from legal recognition legitimizing its preservation and from the implementation of public actions to study it, conserve it, and transmit it from generation to generation. It can lead to forms of sentimental recognition, the establishment of specific rituals, or even social mobilizations. The notion has continued to expand since the 1980s and its great fluidity complicates the approach. The extension of the heritage field has also reached the international level. Heritage in the UNESCO definition can be tangible, intangible, natural, cultural, mixed, and many studies, parts of which derived from anthropology, have reported on this evolution. Furthermore, the existence of movements of heritage or, conversely, of destruction, changes of function or abandonment in indifference, as well as the questioning, even rejection, with regard to the very notion of heritage, modify the way of understanding heritage issues.

 

However, a certain number of elements of urban public space (buildings, statuary, fountains, landscapes, odonymy, etc.), resulting from European colonization, and present on several continents, are at the heart of sometimes virulent memorial debates (regarding issues pertaining to colonial domination or violence) and, thus, of questions and controversies, about what is heritageable or what must be depatrimonialized. Destructions and unbolting of statues spectacularly illustrate these memory tensions both in the nations resulting from decolonization and in the former imperial powers and call for a comparative analysis in time and space.

 

By focusing on urban public space since 1945, when the global process of decolonization began, the objective of this cultural history file is to promote a historical approach that combines studies of actors, representations and heritage practices before and after independence. It aims to highlight changes in the perception of this heritage, moments of rejection, indifference, oversight as well as political or economic exploitation. The emphasis will be placed on the intersection between questions relating to the memory of colonial pasts and reflections on what is or is not likely to be included in the heritage framework, including from a conflicting memorial angle.

 

Particular attention will be paid to:

1/ the processes of patrimonialization or, on the contrary, depatrimonialization before and after independence, using examples from every continent;

2/ the actors involve in these processes, their conditions and the objects on which they relate (public or private architectural productions, squares, parks and gardens, statuary and odonymy);

3/ debates linking heritage and memory issues in their colonial and post-colonial dimensions.

 

 

scientific direction: Françoise Taliano-des Garets, Didier Nativel

 

 

 

Some bibliographical references

 

Hamady Bocoum et Bernard Toulier, « La fabrication du Patrimoine : l’exemple de Gorée (Sénégal). In Situ. Revue des patrimoines », février 2013, no 20.

Chiara Bortoletto, « L’UNESCO comme arène de traduction. La fabrique globale du patrimoine immatériel », Gradhiva, 2013, 18 : 50-73.

Daniel Fabre, Emotions patrimoniales, MSH, ministère de la Culture, Paris, 2013.

Emmanuel Fureix, « Déboulonnages et dévoilements : l’histoire en morceaux ? », Écrire l’histoire, 20-21 | 2021, mis en ligne le 01 septembre 2022.

 Alain Godonou, Christine Mengin, Jean-Pierre Duprat (dir.) Porto-Novo patrimoine et développement, PUS Ecole du patrimoine africain, 2015.

 Odile Goerg, Xavier Huetz de Lemps, La ville coloniale (XVe-XXe siècle), Histoire de l’Europe urbaine 5, Jean-Luc Pinol (dir.), Paris, Seuil, 2003.

 Charles Goldblum, « Réflexions à propos du patrimoine urbain en Asie du Sud-Est, sur le versant de l’« UNESCO-isation » », Moussons, 36 | 2020, 35-51.

Maria Gravari-Barbas et Sylvie Guichard-Anguis (dir.), Regards croisés sur le patrimoine dans le monde à l’aube du XXIe siècle, Paris, Presses universitaires de Paris Sorbonne, 2003.

Nabila Oulebsir, https://criham.labo.univ-poitiers.fr/membres/nabila-oulebsir/

 Marc PaboisBernard Toulier, Architecture coloniale et patrimoine, Paris, INP, 2007.

Dominique Poulot, Une histoire du patrimoine en Occident XVIIIe-XXIe siècle, du monument aux valeurs, Paris, PUF 2006.

Pierre Singaravelou Colonisations. Notre histoire (dir.), éditions du Seuil, septembre 2023,

Sébastien Verney, « Spécificités et ambiguïtés du patrimoine colonial. L’exemple franco-vietnamien (1858-2014) », Revue Ethnologies, Volume 39, numéro 1, 2017, p. 155–165, Géopolitique, conflits et patrimoine.

Danièle Wozny, Barbara Cassin, Les intraduisibles du patrimoine en Afrique subsaharienne, Paris, Demopolis, 2016.

 

Voir aussi :

https://heritage-hybrid.sciencesconf.org/data/pages/Paris_1_Una_PhD_Workshop_Proceedings_3.pdf

https://criham.labo.univ-poitiers.fr/wp-content/uploads/sites/376/2022/02/2022_coll_Interactions_progr.pdf

https://www.grafiati.com/en/literature-selections/patrimoine-colonial/

Timeline

Submission of a summary (2,500 characters maximum) and a brief bio-bibliographical note before December 20, 2023 to be sent to three addresses : f.taliano@sciencespobordeaux.fr; didier.nativel@u-paris.fr ; revuedeladhc@gmail.com

Notification to authors: January 15, 2024

Delivery of first version of articles: May 1, 2024

Return of article reviews: June 1, 2024

Submission of version 2 by the authors: July 1, 2024

Submission of complete articles (approximately 50,000 characters including spaces): July 31, 2024

Publication of issue 9 of the journal: September 30, 2024

 

La radio comme laboratoire de l’innovation. Perspectives francophones (1920-1990)

Le pôle «Histoire audiovisuelle du contemporain» au sein du Centre des sciences historiques de la culture de l’UNIL souhaite organiser une rencontre scientifique qui a comme ambition de prolonger les interrogations sur le rôle de la radio comme laboratoire de l’innovation sur le plan social et culturel, cela dans une perspective francophone, à la fois comparative et transnationale.

Pour en savoir plus : https://news.unil.ch/display/1700034774219

Épistémologie du massacre – Crimes de masse, génocides et histoire culturelle

Appel à contribution pour la rubrique Épistémologie en Débats de la Revue d’histoire culturelle, n°8.

Responsables : Laurence Guignard, Gilles Malandain, Jean-François Bonhoure

Ce projet de rubrique porte sur les renouvellements en cours de l’historiographie des génocides et crimes de masse, au sujet desquels les analyses paraissent avoir été infléchies ces dernières décennies en direction de cultures de la violence. En plus de nous être contemporains, les événements des années 1990-2000, « épuration ethnique » en Bosnie-Herzégovine et génocide des Tutsis au Rwanda, ont la particularité d’avoir été pris en charge très systématiquement et rapidement par des juridictions internationales (d’abord le tribunal de La Haye en 1993, puis depuis le 1er janvier 2002 le Tribunal pénal international). Cet appel propose de questionner le retentissement de la masse immense de connaissances issues de l’instruction de ces procès sur les manières de faire l’histoire.

L’enquête judiciaire revêt certes des zones de chevauchement avec la pratique de l’histoire. Elle s’appuie sur des méthodes probatoires classiques de mise au jour de faits matériels et de gestes signifiants : témoignages, éléments matériels qui, de plus en plus, s’appuient sur des techniques scientifiques – balistique, analyses chimiques, médecine légale, etc. Elle répond en revanche aux demandes d’une institution dont la vocation est fondamentalement différente, son but étant d’évaluer les responsabilités individuelles à l’égard d’actes qualifiés comme des criminels, et d’en déterminer les peines. Pourtant, les échanges de savoir entre ces procédures et la production historique paraissent importants. On trouve ainsi des chercheurs et chercheuses aux côtés des équipes d’investigations judiciaires, mais aussi et c’est ce qui retiendra surtout l’attention des transferts de méthodes, d’approches et de concepts nés dans la sphère judiciaire et réappropriés par des travaux historiques. Ceux-ci parfois placés sous l’intitulé forensic turn (Elisabeth Anstett, Jean-Marc Dreyfus) privilégient le regard à hauteur d’individus, l’attention à la preuve matérielle et le recours aux techniques issues de la police scientifique et de la médecine légale.

Il ne s’agit donc pas ici d’aborder la question désormais tranchée de la qualification génocidaire, mais de s’intéresser aux effets retour du judiciaire sur les recherches actuelles en histoire des génocides, crimes de masse, violences génocidaires, que celles-ci relèvent de l’histoire contemporaine ou de périodes plus anciennes, sur leurs approches, leurs méthodes ou les concepts qu’elles convoquent, de faire le point en somme sur l’épistémologie actuelle de l’histoire du massacre de masse.

Les textes pourront tout autant viser à la synthèse historiographique à l’échelle d’un pays ou d’une aire géographique que de s’en tenir à l’analyse d’une recherche particulière.

Trois aspects pourront retenir l’attention (la liste n’est pas exhaustive) :

1) La participation des historiennes et historiens à des procès en génocide et complicité de génocide, non plus seulement lors de témoignages contextualisant les dépositions des témoins et inculpés, mais lors de l’instruction à l’occasion d’enquêtes parfois de longue haleine.

2) La réappropriation des approches et des méthodes judiciaires dans les pratiques historiennes, hors du cadre pénal, leur utilisation, les résultats de ces enquêtes, les problèmes qui se posent.

3) L’utilisation de ces approches et questionnements dans des contextes historiques plus anciens, éclairant les processus assimilables au crime de génocide : violences coloniales, guerres de religions, massacres de la Révolution française, etc.

Calendrier :

Les propositions d’une page accompagnée d’une courte présentation de l’auteur, sont à envoyer avant le 15 décembre 2023, à laurence.guignard@u-pec.fr et gilles.malandain@uvsq.fr

La première version des textes devra nous parvenir avant début mars 2024.